FORUM F.A.E.I
Veuillez Vous inscrire pour pouvoir consulter les informations du Forum, Merci de votre compréhension !

FORUM F.A.E.I


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Logiciel(s)Logiciel(s)  ContributionContribution  
Bonjour, Bienvenue à tous nos membres, bonne visite sur le forum et très bonne lecture Salut pour une désinfection : http://www.faei-entraide.net/post?f=4&mode=newtopic
Pour éviter tout encombrement, veuillez s'il vous plait vider votre boite de messagerie Privée .... Merci de votre compréhension Wink
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Mises à jour importantes
TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

Navigation
Partenaires
TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE

TEXTE REPERE
Sujets les plus actifs
Pour réveiller un petit peu le forum :)
Malwaresbytes
mon ordi rame
RECHERCHE VULNERABILITE
[résolu]probleme d'internet
recherche origine Windows
Secure Preférence
Quelques petits problêmes
rapport ZHPDiag
extensions Google chrome
Derniers sujets
» CCleaner infecté par un virus !
par factor23 Jeu 28 Sep - 14:22

» J'apprends la photographie: 25 exercices pour progresser et réussir ses photos
par pimprenelle27 Mer 27 Sep - 16:44

» Ma musique du moment
par pimprenelle27 Mer 27 Sep - 16:06

» Quel moniteur 24" pour jeux vidéo
par pimprenelle27 Mar 12 Sep - 16:18

» Qu'est ce qu'on à fait au bon dieu
par pimprenelle27 Mar 12 Sep - 14:00

» Ouverture d'une session Windows 7 en cas d'oubli du mot de passe
par pimprenelle27 Mar 12 Sep - 13:33

» Rendre d’anciens programmes compatibles avec cette version de Windows
par pimprenelle27 Mar 12 Sep - 13:14

» remerciement
par pimprenelle27 Mar 18 Juil - 0:14

» Site sur la généalogie
par pimprenelle27 Lun 10 Juil - 18:20

Les posteurs les plus actifs de la semaine
Sondage
Sous qu'elle plateforme de Windows êtes Vous ?
Windows 8
29%
 29% [ 17 ]
Windows 7
44%
 44% [ 26 ]
Windows Vista
20%
 20% [ 12 ]
Windows XP
7%
 7% [ 4 ]
Total des votes : 59




Partagez | 
 

 Le Venezuela en deuil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
buckhulk
Co-admin
Co-admin
avatar

Messages : 2966
Points : 3811
Réputation : 149
Localisation : La Réunion


MessageSujet: Le Venezuela en deuil   Mer 6 Mar - 13:47

mort du président Hugo Chavez

Les funérailles du président vénézuélien auront lieu vendredi 8 mars, et le pays sera en deuil pendant sept jours. Le gouvernement vénézuélien confirme la tenue d'élection d'ici 30 jours. C’est Nicolas Maduro, le vice-président qui va assurer la présidence par intérim. C’est lui qui a annoncé la mort de Hugo Chavez, à la télévision, le 5 mars. Hugo Chavez était président du pays depuis 14 ans et venait juste d'être réélu. Agé de 58 ans, il luttait contre le cancer depuis juin 2010. Tout le monde le savait malade, mais l'annonce de sa mort a tout de même stupéfié les Vénézuéliens.

L’annonce fait l’effet d’un coup de massue sur tout le pays. La stupeur a été immédiate. Beaucoup d’habitants de Caracas ont pleuré lorsqu’ils ont appris la nouvelle. Spontanément, des milliers de sympathisants du Comandante convergent vers la Plaza Bolivar, dans le centre historique de la capitale. Entre drapeaux et chants révolutionnaires, des partisans se recueillent. D’autres scandent des slogans de soutien à Hugo Chavez. Ailleurs dans la ville, les réactions sont plus radicales.
Dans le quartier du 23 janvier, un bastion historique du chavisme, des milices en armes ont fermé le quartier. Elles affirment redouter les attaques de l’opposition. Néanmoins, le chef de file de l'opposition vénézuélienne, Henrique Capriles Radonski, a appelé mardi les Vénézuéliens à « l'unité », et transmis sa « solidarité » à la famille du président sur son compte Twitter.

Au-delà de l’émotion gigantesque qui envahit tout le pays, une peur se diffuse dans la population. La mort de Chavez ouvre une période d’incertitude et d’instabilité.
L’armée se déploie actuellement au quatre coins du pays, pour maintenir le calme et éviter tout débordement. Elle va veiller au respect de la Constitution. L’état-major rappelle, lui, sa loyauté vis-à-vis du pouvoir en place.

La télévision publique, elle, passe en boucle un seul message : « Chavez vivra et la lutte continue ». Les autorités annoncent des funérailles nationales pour vendredi et sept jours de deuil dans le pays.

__________________________
buckhulk
 http://www.forum.nicolascoolman.fr/ (assistance) >> Helper
C.C.M : contributeur sécurité, SOS Virus >> Helper
diplomé de : Helper Formation
du 27/11/2012
Revenir en haut Aller en bas
http://www.faei-entraide.net/
aucharbon
V.I.P
V.I.P
avatar

Messages : 461
Points : 509
Réputation : 25
Localisation : Alsace


MessageSujet: Re: Le Venezuela en deuil   Mer 6 Mar - 16:02

Son histoire:

Hugo Chavez, entre président populaire et dictateur populiste

Il avait inventé le « bolivarisme » mélange de nationalisme militaire et de communisme militant. Après 14 ans passés à la tête de son pays (1998-2013), Hugo Chavez un personnage hors norme.
Chavez avait choisi les voix des urnes après la voie des armes. Pendant quatorze ans à la présidence de son pays, il a résisté à toutes les tentatives de coup d’Etat et aux coups de boutoirs venus de l’extérieur ou de l’intérieur. Hugo Chavez a abdiqué à 58 ans devant la maladie après deux ans et demi d’une lente agonie, parsemée de courtes guérisons et de réapparitions spectaculaires.

L’homme était hors norme, le dirigeant politique inclassable. L’émotion et les rassemblements hier soir dans ce grand pays de 30 millions d’habitants témoignent de cette popularité.

Enfance modeste
Son père faisait de la politique. Son arrière-grand-père la révolution. Né en 1954 dans un village au pied de la cordillère des Andes, Hugo Chavez de Fria a grandi avec ses six frères et sœurs dans une famille d’instituteurs ruinés par les confiscations de terre lié à l’activisme de cet aïeul. Dans son autobiographie, il revendique des ancêtres juifs séfarades, indiens d’Amazonie, esclaves africains, ouvriers agricoles andalous, ce qui en fait une incarnation du métissage vénézuélien.

Hugo grandit dans une maison au toit de chaume et au sol en terre battue, celle de sa grand-mère. Enfant de chœur et premier de la classe, il ne se destine pourtant ni à la prêtrise comme le souhaite sa mère ni à l’université vers laquelle le pousse son père. Hugo préfère le chant, la pêche, la lecture. Il s’intéresse à la politique grâce à deux copains de collèges, fils jumeaux d’un leader communiste, mais il pense, vit et rêve de base-ball. Il s’engage dans l’armée à 17 ans pour jouer dans un des clubs militaires.

Orateur hors pair
Plus brillant en cours que sur le terrain, il est admis à l’académie des cadets. Il est de tous les voyages et se découvre des modèles : le président du Panama Torrijos qui nationalise le canal, les leaders socialistes péruviens, des paysans rebelles, des écrivains marxistes.

Chavez adopte et adapte ce mélange de nationalisme et de socialisme pour nourrir dès 1982 son projet socialiste inspiré de Simon Bolivar, figure emblématique de l’indépendance acquise contre les Espagnols. Il remplace les conquistadors par un autre occupant : les Etats-Unis.

Accédant très vite au grade de lieutenant-colonel, il s’attire la sympathie de sous-officiers et de soldats provinciaux comme lui, agacés par l’attitude condescendante des officiers de grandes familles de Caracas.

En 1992, le lieutenant-colonel tente un coup d’Etat contre le président Carlos Andrés Pérez, qui le jette en prison pour deux ans. Erreur majeure : cette condamnation le rend célèbre et populaire dans le pays profond et les banlieues pauvres. A sa sortie en 1994, il entre en politique en fondant le Mouvement Cinquième République. « Je serai le héros des pauvres contre le fléau de l’oligarchie » proclame-t-il, vêtu d’une chemise militaire et coiffé d’un béret rouge guevariste.

La gauche trouve enfin un leader capable de haranguer la foule. Il flatte le sentiment national en provoquant pays voisins et grand frère américain, dénonce les 100 familles de Caracas, déclame des passages entiers de romans de Victor Hugo, décline des programmes sociaux et éducatifs.

Dictateur élu et réélu démocratiquement
Il remporte haut la main (56 %) les élections de 1998 et tient ses promesses auprès des couches populaires grâce à la manne pétrolière et à un comportement exemplaire. Il travaille dur, vit modestement, se montre exigeant envers ses ministres, remplace les dynasties bourgeoises dans la haute administration.

Très vite, il personnalise le pouvoir. Il dissout l’assemblée et obtient une chambre composée à 94 % de ses partisans, se fait réélire en 2000.

En 2002, pressentant sa réélection inévitable, une alliance de civils, de militaires, de patrons de journaux, de cadres du pétrole tentent un coup d’Etat. Chavez est chassé du palais présidentiel pendant 48 heures. Mais la base de l’armée et de la police reste fidèle à Chavez. La rue aussi. Le putsch échoue.

En 2004, « el Comandante » résiste encore à un référendum de révocation. Washington grimace, Chavez s’exhibe avec Fidel Castro et Diego Maradona, vante les dirigeants chinois et iraniens. Réélu en 2006 pour la deuxième fois, il se déclare leader mondial de l’anti-impérialisme. Il veut exporter son modèle à tout le continent et y réussit en finançant les partis de gauche des autres pays avec son ami Poutine. Au Venezuela, il « encadre » la liberté de la presse, nomme ses partisans à la tête des tribunaux, instaure le « socialisme » dans la constitution. Les défections se multiplient au gouvernement et dans l’armée, les communistes quittent la coalition. L’administration Bush met le paquet pour aider l’opposition. Le parti de Chavez perd les élections locales, un nouveau référendum. Mais l’opposition échoue à se fédérer.

La maladie le rattrape à la fin de l’année 2010. « Elle m’a été injectée par mes ennemis : les impérialistes », accuse-t-il. Opéré à Caracas puis à Cuba, il disparaît et réapparaît, flanqué de sa deuxième épouse et de deux de ses quatre enfants pour la campagne électorale en 2012. Il est réélu, puis la maladie finit par l’emporter. Le vice-président Nicolas Maduro, fidèle de la première heure, lui succède.







Revenir en haut Aller en bas
buckhulk
Co-admin
Co-admin
avatar

Messages : 2966
Points : 3811
Réputation : 149
Localisation : La Réunion


MessageSujet: Re: Le Venezuela en deuil   Mer 6 Mar - 16:06

Salut merci d'avoir complété ! Supert

__________________________
buckhulk
 http://www.forum.nicolascoolman.fr/ (assistance) >> Helper
C.C.M : contributeur sécurité, SOS Virus >> Helper
diplomé de : Helper Formation
du 27/11/2012
Revenir en haut Aller en bas
http://www.faei-entraide.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Venezuela en deuil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Venezuela en deuil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tino Rossi "complainte Corse ...Lamentu Corsu ♥♥♥
» Le monde d'Excel est en deuil : décès accidentel de Ti (loneslonono) le 13 novembre 2010
» FESTIVAL D ACCODEON EN REGION PARISIENNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM F.A.E.I :: .:: Un peu de détente ::. :: Actualités :: Actualités société-
Sauter vers: